m&f conseiltaxi how muchcheck website status M&F Conseil Finanzen & Recht

Travailler en Suisse

Publié le 23 août 2021

Le salaire moyen brut en 2021 en Suisse est de 5 697 francs suisses (soit 5 307euros) par mois. Plus élevé de 134% qu’en France et 271% de plus qu’en Italie.

Si vous n’avez jamais travailler en suisse et que vous avez ce projet, on vous dit tout afin vous éclairer au mieux sur ce sujet : Les cotisations, l’assurance maladie, l’impôt sur le revenu, etc.

Le permis de travail, un sésame pour travailler en suisse

Un permis de travail est obligatoire pouvoir exercer une activité salariale en suisse sans nationalité suisse (Hors contrat V.I.E ou organisation internationale). Ce document est transmis par les autorités du canton. Même les saisonniers doivent disposer de ce document.

Voici la liste des principaux permis de travail :

  • Le permis B : Ce document est transmis aux étrangers de l’Union Européenne qui ont un contrat de travail en suisse et souhaitant également y résider. Sa durée de validité est de 5 ans.
  • Le permis C : C’est un permis à durée indéterminée, délivré aux étrangers de l’union européenne et qui réside en Suisse. La condition pour l’obtenir est d’avoir séjourné au moins 5 ans en Suisse.
  • Le permis G : C’est le permis de travail des frontaliers, qu’ils soient français, italiens etc. Il permet de travailler en suisse et de résider dans un pays de l’union Européenne. Tout comme le permis B, il est valable 5 ans et doit être renouvelé par la suite pour la même durée.
  • Le permis L : Utile pour les personnes qui veulent s’installer en suisse pour un emploi avec une durée maximale d’un an.

NB : Lors de vos candidatures pour un emploi en suisse, nous vous conseillons de ne pas mentionner “Permis B” pour un permis de conduire en France car il peut y avoir une confusion avec le Permis de travail B.

permis-travail-frontaliers

Le Choix de votre Assurance Maladie

Contrairement à la France, l’assurance santé n’est pas publique en Suisse. Si vous avez décidé d’être frontalier un choix crucial s’offre à vous et vous avez 3 mois pour vous décider à partir de votre 1er jour de travail en suisse : Rester affilié à la sécurité sociale française (à travers la CMU/CNTFS) ou souscrire un contrat pour être affilié à la LAMal (assurance maladie suisse). Au bout de cette période, vous serez automatiquement rattaché à la CMU si vous n’avez pas fait les démarches pour la LAMal.  Ce choix est ce que nous appelons le droit d’option. Ce choix est quasi-définitif, à part si vous arrêter de travailler en suisse ou si vous passez par la case chômage entre 2 emplois.
Besoin de plus d’informations sur le droit d’option : CMU / LAMal ? lisez notre article

Nos conseillers sont spécialisés sur la problématique du droit d’option et peuvent vous conseiller au mieux en fonction de votre situation et vos revenus.

Contactez-nous, nos rendez-vous découverte sont sans honoraires et sans engagement, nous vous rencontrerons soit dans nos locaux, à votre domicile ou sur votre lieu de travail.

Pour en savoir plus, vous pouvez aussi retrouver notre article parlant du droit d’option Cmu-Lamal 

Temps de travail, congés et jours fériés, ce qui change en Suisse

Le temps de travail hebdomadaire légal n’est pas le même qu’en France. Sur la base de 35 heures en France, il est généralement de 42 heures de l’autre coté du lac Léman. La loi prévoit une durée maximale de 50 heures.

Parlons repos et vacances, la loi suisse prévoit pour chaque employé 4 semaines de congés par an et 5 pour les jeunes jusqu’à 20 ans.

Si vous souhaitez obtenir plus de vacances, libre à vous de le négocier avec votre futur employeur. Dans certains cas, les entreprises font bénéficier leurs salariés de 5 semaines et plus rarement de 6.

Les jours fériés sont bien entendu différents, attendez vous à travailler le 14 juillet ou le 8 mai si vous n’avez pas “poser” votre journée. Attention les jours fériés diffèrent aussi entre chaque canton.

En effet, le jeûne genevois (jeudi qui suit le 1er dimanche de septembre) est comme son nom l’indique férié uniquement dans le canton de Genève. Dans le canton de Vaud ou de Neuchâtel, c’est le lundi suivant qui est férié.

Frontalier

Les Impôts lorsque que l’on travaille en suisse

Lorsque l’on travaille en Suisse, votre imposition change en fonction de votre lieu de travail et votre lieu de résidence. Si vous êtes étrangers résident suisse, alors vous serez généralement imposé par votre canton de votre résidence. Dans le cas où vous êtes frontaliers français, il existe deux possibilités :
  • Vous travaillez dans le canton de Genève, votre imposition sera retenue à la source lors du paiement de votre salaire suivant un barème défini par votre situation personnelle (marié(e), enfant(s) à charge etc, et votre niveau de rémunération.
  • Votre lieu de travail se trouve dans un autre canton, vous serez imposer sur ces revenus en France comme n’importe quel travailleur français avec les mêmes taux et paliers.
En demandant un statut de quasi-résident des déductions sont possibles et ainsi réduire vos paiements.

M&F Conseil est une fiduciaire spécialisée dans la fiscalité des résidents suisses et frontaliers. Nos conseillers sont experts sur ses sujets (imposition suisses et française, statut du quasi-résident) et vous accompagnent dans votre parcours pendant ou après votre emploi en suisse.

Demandez un rendez-vous découverte gratuit

Comment percevoir son salaire suisse ?

La quasi-totalité des entreprises suisses demandent à leurs employés pour verser leur salaire un IBAN suisse (commençant par CH).

Si vous êtes résident suisse, pas le choix vous devez ouvrir un compte auprès d’une banque Suisse. Il vous servira pour régler votre loyer et vos différentes factures de la vie courante.

Dans le cas des frontaliers, il vous est aussi possible d’ouvrir un compte suisse directement dans une banque suisse ou en passant par votre banque si elle possède une filiale de l’autre coté de la frontière.

Des sociétés sont spécialisées dans le rapatriement de salaire pour frontaliers, notamment la société ibani qui vous permet de percevoir votre rémunération grâce à un numéro de compte (IBAN) CH personnalisé directement en euros sur votre compte français avec un taux de conversion très faible. Une solution souvent moins couteuse qu’un compte ouvert en suisse, car il n’y a pas de frais d’ouverture ou de gestion de compte. 

NB: N’oubliez pas de déclarer à l’administration fiscale française votre compte à l’étranger si vous décidez d’en ouvrir un (formulaire 3916)

argent-frontaliers-suisse

Travailler en suisse : la retraite

La retraite en suisse est bien différente de celle que l’on trouve en France. Elle repose sur 3 piliers. Le premier fonctionne par répartition les deux autres par prévoyance.En souscrivant à certains produits d’épargne retraite, vous pouvez optimiser vos impôts grâce à des déductions fiscales

Il est important d’être bien conseillé à ce sujet tout au long de votre carrière professionnelle. Des démarches sont à prévoir si vous changer d’employeur ou si vous cessez toute activité en suisse.

Retrouvez notre article sur le fonctionnement de la retraite en suisse

Les conseillers M&F Conseil sont prêts à vous rencontrer pour vous conseiller dans vos choix de retraite.

Demandez un rendez-vous sans engagement et sans honoraires pour étudier votre situation et vos intérêts.

Retrouvez tous les articles liés à la vie du frontalier en cliquant ici : articles frontaliers suisse

CONTACTEZ-NOUS

*Rendez-vous sans honoraires et sans engagement

Logo M&F Conseil

Route de Meyrin 267, 1217 Meyrin

contact@frontaliersinfos.com
+41 22 556 42 27

NEWSLETTER

Copyright © 2021 M&F Conseil. Tous droits réservés | Mentions légales